Archive pour la Catégorie 'Pacifisme'

> Le Déserteur (Boris Vian, 1954)

Le Déserteur
B. Vian – H. Berg | Boris Vian | France | 1954

Image de prévisualisation YouTube

Le Déserteur de Boris Vian est sans conteste une des chansons les plus emblématiques pouvant se réclamer du pacifisme et de la critique des conflits armés. Registre pathétique, rythme lent, mais détermination du personnage à travers l’écriture de la lettre et surtout résolution contre le pouvoir présidentiel, la chanson est un véritable pamphlet, un manifeste pour le bon sens, contre la douleur et l’horreur.

Cette chanson, publiée, ironie du sort, le 7 mai 1954, jour de la débâcle de Diên-Biên-Phu, scellant le sort de l’armée française en cette fin de guerre controversée en Indochine, se verra dès lors interdite, et longtemps après, restera d’une part controversée (une institutrice a été suspendue en 1999 pour avoir fait chanter Le Déserteur lors d’une commémoration du 8 mai), parce qu’elle s’élève tout de même contre le plus haut représentant de l’Etat qu’est le président de la République, mis avec ironie et audace face à ses contradictions et à la dureté de ses édictions. D’autre part, des discussions passionnées se sont construites autour de la fin du texte, à savoir si le déserteur est est résolument désarmé ou plutôt vengeur : en effet, Boris Vian chantait initialement « Prévenez vos gendarmes / Que j’emporte des armes / Et que je sais tirer », paroles auxquelles Mouloudji, premier interprète, aurait préféré une version plus neutre qui s’est imposée : « Prévenez vos gendarmes / Que je n’aurai pas d’armes / Et qu’ils pourront tirer ». Audace (et intelligence ?) suprêmes, l’auteur cherchant sans doute à contredire les gens voyant une rébellion, dira lui-même dans une lettre ouverte à un de ses détracteurs que Le Déserteur n’est pas une complainte antimilitariste, mais « procivile », et qu’ainsi sauver la patrie n’a plus de sens si chaque civil composant cette patrie devient un soldat dont la reconnaissance absurde ne se fera que dans la mort.

Image de prévisualisation YouTube

Érigée en hymne antimilitariste, elle connaît dans les années qui suivent une popularité importante, entretenue longtemps après par le regain d’intérêt pour Saint-Germain-des-Prés et de nos jours par un contexte politico-militaire complexe. Cette notoriété dépassera rapidement le strict cadre des années de la décolonisation, puisqu’elle sera reprise en France par Renaud (sa version propre, Déserteur, cf. ci-dessous en vidéo, parue en 1985, d’autant plus acerbe, s’opposant entre autres contre le service militaire, et qui lui vaudra un concert critiqué par les spectateurs en URSS), Serge Reggiani, Johnny Halliday ou Marc Lavoine, et à l’étranger, chantée en protestation contre la guerre du Vietnam, par Joan Baez (voir vidéo ci-dessus) entre autres.

Image de prévisualisation YouTube

Les paroles de la chanson, en 45 langues !

> I Feel Like I’m Fixin’ To Die Rag (Country Joe and The Fish, 1967)

I-Feel-Like-I’m-Fixin’-To-Die-Rag (Je me sens comme si j’étais sur le point de mourir)
Country Joe McDonald | Country Joe McDonald | Etats-Unis | 1967

Image de prévisualisation YouTube

Rendu célèbre par son interprétation de cette chanson résolument hostile aux entreprises belliqueuses des cabinets du démocrate Johnson puis du républicain Nixon au Vietnam, Country Joe McDonald harangue son public comme il a harangué les spectateurs de Woodstock, scène anti-militariste s’il en est, pour leur faire prendre conscience de l’inutilité et de l’horreur des évènements. Le conflit, engagé 10 ans plus tôt sous la présidence d’Eisenhower, héritage de la décolonisation de la péninsule indochinoise, est de plus en plus décrié par une grande partie de la population américaine.

Intérêts financiers des Etats-Unis dans la poursuite du conflit, grandeur de la patrie, critique de l’intelligence au profit de l’impulsivité, once de McCarthysme : c’est l’ironie qui est utilisée dans la chanson. D’ailleurs, la guerre et sa préparation ne sont-elles pas présentées comme une belle balade dont la dernière étape serait l’exotique Vietnam ? Car en encourageant de prime abord les jeunes américains à s’engager au service de la nation, le chanteur pointe du doigt la propagande du gouvernement, qui au final ne fait que mettre ses forces vives dans des « boîtes », comprenez des cercueils.

johnsonvietnam.png

Le président Johnson rencontrant les troupes américaines au Vietnam, en 1966

Notons enfin que lors de sa prestation à Woodstock, en 1969, McDonald entrecoupe sa chanson d’un appel à la foule à chanter plus fort, de façon à rendre encore plus audible ce message de paix et de révolte non-violente.
Paroles ci-dessous :

Lire la suite de ‘> I Feel Like I’m Fixin’ To Die Rag (Country Joe and The Fish, 1967)’

> Gentioux et Termignon (Entre 2 Caisses/L’espoir Williams, 2009)

Gentioux et Termignon
D. Bouchery | Entre Deux Caisses / L’Espoir Williams | France | 2009

Image de prévisualisation YouTube

Cette chanson, hymne à la paix chanté par le groupe Entre Deux Caisses comme par le duo ardéchois L’Espoir Williams, se veut un hommage appuyé à ces élus du début du siècle, qui dans le besoin commémoratif sans doute en partie dénué des sentiments de vengeance, au coeur des années 1920, ont activement fait construire ces monuments aux morts pacifiste. A rebours des milliers de stèles vantant la mort pour la patrie sans évoquer l’aspect sacrificiel de ces millions de pertes humaines ou la certaine vanité de la guerre meurtrière, moins d’une vingtaine de communes possèdent un monument de ce type. Un peu d’humanité pour envelopper la mémoire de cet effroyable carnage, qui hélas, ne fut pas le dernier…

gentioux.png

Détail du monument aux morts de Gentioux-Pigerolles, en Creuse

Paroles ci-dessous :

Lire la suite de ‘> Gentioux et Termignon (Entre 2 Caisses/L’espoir Williams, 2009)’

> 99 Luftballons (Nena, 1983)

99 Luftballons (99 ballons de baudruche)
C. Karges – U. Fahrenkrog-Petersen | Nena | R.F.A. | 1983

Image de prévisualisation YouTube

En 1983, c’est bien plus que sa chanteuse, l’ouest-allemande Nena, que ce tube propulse au rang international. 99 Luftballons est en effet un des rares morceaux chantés en allemand à avoir connu la célébrité dans le monde entier (il sera n°1 des ventes pendant quelques semaines dans plusieurs pays européens)… ou plus précisément dans tout l’Ouest. Car l’envol des 99 ballons de la chanson, vus comme une attaque sournoise par un bande de militaires assez brutaux, symbolise bien la folle course aux armements (et la place critique de l’Allemagne dans celle-ci, coincée entre les Pershing américains et les SS-20 soviétiques, cf. la crise des euromissiles) dans la Guerre froide entre URSS et Etats-Unis et le raffermissement à outrance des positions dans les années 1980. A la fin du clip, l’espoir semble de mise : à six ans de la chute du mur de Berlin, la chanteuse, après avoir dénigré les « ministres de la guerre », laisse s’envoler un ultime ballon. Sera-t-il en mesure de passer à l’Est pour redonner l’espoir aux populations désireuses d’un nouvel avenir ?

Image de prévisualisation YouTube

A noter qu’en 2009, dans le cadre d’un programme de la chaîne franco-allemande Arte, Nena a accepté de rechanter 99 Luftballons, avec deux couplets, dont un inédit, en français. Mais c’est surtout le nouveau clip qui peut marquer, certes par ses couleurs détonantes, par la capacité qu’ont les ballons de mettre hors d’état de nuire les avions de guerre, mais surtout par ses références aux tensions du nouveau millénaire (les chaussures lancées sur un dignitaire sont une allusion aux chaussures lancées en 2008 sur le président Bush), découlant au moins en partie de l’effondrement du bloc soviétique et de l’accession des Etats-Unis au statut d’hyperpuissance politique et militaire.

crisedeseuromissiles.png

Dessin de Plantu (1983) sur la crise des euromissiles

Paroles ci-dessous :

 

 

Lire la suite de ‘> 99 Luftballons (Nena, 1983)’




Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gucci158
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres